[CHRONIQUE] Les enfants de Gorre


13 juillet 2020

               Les enfants de Gorre un light novel de Sylvain Ferrieu avec Navigavi en illustration édité chez Maho éditions. Une histoire qui lie dark fantasy et légende Arthurienne.

 

enfants-de-gorre-1-maho.jpg (135 KB)

  

Résumé : Wilfrid, fils ainé du seigneur forestier de Gorre, revient dans son château natal après des années à parfaire sa formation de chevalier. Il y retrouve ses frères, ses sœurs et un père mourant. Wilfrid va ainsi devoir prouver sa valeur et montrer qu’il est digne de gouverner les terres de son père. Mais, une nouvelle ère approche et la fin du règne d’Uther Pendragon risque de plonger le royaume dans la tourmente…

 

 

               Maho, la jeune maison d’édition lancé en avril 2020 qui se spécialise dans les light novels et les mangas, vient de nous sortir le 26 juillet dernier son premier né : « Les enfants de Gorre ». Ce dernier est le premier light novel de création française. L’histoire de Wilfrid, chevalier, et de ses deux jeunes frères dans l’univers de la légende arthurienne, vers la fin du règne d’Uther Pendragon. Un monde où la magie semble disparaître, le courage et l’honneur sont de mise. Il faut dire que s’attaquer à la légende arthurienne sans se casser les dents n’est pas chose facile, et si quelques éléments peuvent peut-être vous surprendre, n’oubliez pas que c’est une fiction, l’auteur le dit lui-même qu’il a pris le parti de la légende et non de l’Histoire, c’est très important. Vous y retrouverez tout de même des personnages connus de la fameuse légende. N’essayez pas non plus de vous raccrocher à une autre saga sur Arthur, car cela n’a strictement rien à voir, je parle bien évidemment de Kamelott (cela me semble évident, mais je pense qu’il est quand même bon de prévenir juste au cas où). Tout comme la série, le roman se base sur la légende, mais utilise une période creuse si je peux le dire ainsi de cette histoire et je trouve cela très intelligent, permettant ainsi plus de liberté pour établir son récit. Sylvain Ferrieu a un style très descriptif et prend son temps pour que l’on comprenne bien tous les tenants et aboutissants. On ressent également l’univers du jeu de rôle, par les descriptions notamment. Les illustrations de Navigavi sont juste magnifiques et correspondent parfaitement aux écrits. L’édition est classique, mais tout à fait correcte pour ce genre de livre.

 

                Vous pouvez retrouver le premier volume chez vos libraires à 19,90 € et fait plus de 500 pages.

Ryudoka

  

Maho éditions :

Facebook : https://www.facebook.com/MahoEditions/

Twitter: https://twitter.com/mahoeditions