RADIO(S)

Alerte info




Goblin Slayer, le manga de Kumo Kagyu au scénario, Kousuke Kurose au dessin et au chara-design Noboru Kannatuki édité chez Kurokawa. Même les gobelins peuvent être dangereux.

 

Résumé : La jeune Prêtresse fraîchement devenue aventurière découvre, dès sa première mission, à quel point des monstres aussi faibles que des gobelins peuvent représenter une menace effrayante. Heureusement, un homme en armure se décrivant comme le Goblin Slayer — un crève-gobelins — fait son apparition et abat un par un, sans aucune pitié, tous les gobelins qui lui font face pour la tirer de cette mauvaise posture.


 


                Voici donc l’adaptation manga du light novel homonyme « Goblin Slayer ». Ce tome correspond à environ un tiers du roman édité également chez Kurokawa. Alors est-ce une bonne adaptation ? Et bien dans l’ensemble, je dirai que oui. Le scénario correspond parfaitement, mais avec un peu moins de finesse. Là où on a un sous-entendu pour les moments violents dans le roman (notamment le viol de la guerrière), ici on a clairement l’image même si elle n’est pas ultra détaillé à ces moments-là (et bien heureusement). Le ton est également donné dans ce manga, attendez-vous à de la violence et du réalisme. Vous me direz normal, c’est un seinen. Comme nous avons ici un tiers du roman, on peut parler de présentation de l’univers. Je ne m’attarderai pas trop sur le scénario que j’ai beaucoup apprécié, mais je vous invite à lire la chronique sur le light novel ici, où je vais un peu loin. Niveau découpage c’est plutôt moderne, on suit parfaitement l’action. Le dessin est clair et très beau, on retrouve le côté mignon de l’illustrateur Noboru Kannatuki. Nous verrons bien ce que cela donne à l’avenir, mais le manga est sur de bonnes bases pour être une bonne adaptation. De plus Kurokawa a finement joué, car il sort le light novel et le manga en même temps peu de temps avant la sortie du dessin animé sur Wakanim.

                En bref, comme pour le roman, ce manga fera plaisir au fan d’héroic fantasy. C’est un seinen de qualité comme pour le light novel, je ne peux que vous le conseiller.

Ryudoka

Partager